Page de garde Solis, un monde à part...



Le phoque-loup.
Ce mammifère marin carnivore ressemble à un grand phoque té-restre muni d'un aileron dorsal. Les femelles pèsent jusqu'à 2 tonnes pour une longueur de 5 mètres, et les mâles atteignent 6 tonnes pour une longueur de 8 à 9 mètres.
La tête du mâle adulte porte deux excroissances colorées rappelant un peu les oreilles du loup, et ses mâchoires présentent chacune quatre dents externes mobiles (dents-moustaches), très longues, très fines et très résistantes, capables d'atteindre les organes vitaux de ses proies à travers leur couche de graisse.
On l'appelle aussi "lion de mer solien".
Les phoques-loups vivent en troupeaux nomades dans les deux océans polaires de Solis. Les troupeaux sont composées de plusieurs mâles dominants, de leurs harems respectifs et du groupe des célibataires. Ce groupe est constitué par les jeunes (et quelques vieilles) femelles adultes en attente de partenaire, les petits n'ayant pas atteint la maturité sexuelle, les femelles répudiées (rare) et quelques femelles ayant quitté les harems. Les jeunes mâles adultes sont chassés par les femelles adultes loin du troupeau, et vivent en solitaires souvent plusieurs années.
Les troupeaux s'évitent d'un commun accord en général, mais pendant l'été, lorsque la chasse ne requiert qu'une faible dépense d'énergie en raison du grand nombre de proies présentes, la concurrence entre les troupeaux est sans objet, et des rencontres sont possibles. C'est l'occasion pour les mâles dominants de s'affronter rituellement dans le but de séduire des jeunes femelles adultes célibataires d'un autre troupeau.
Un jeune mâle solitaire peut tenter sa chance auprès d'un troupeau pour se trouver un harem. Les femelles adultes le repousseront s'il est issu de ce même troupeau, sinon, une série d'affrontements avec les divers mâles dominants déterminera son niveau de séduction auprès des femelles du groupe des célibataires. Il en séduira un certain nombre et deviendra à son tour un mâle dominant. S'il n'en séduit aucune, il repartira pour une nouvelle période de vie solitaire.

La chasse au phoque-loup.
Les Soliens chassent le phoque-loup au harpon à bord de petits kayaks spéciaux, dont les oeuvres vives sont surdimensionnées pour fournir une plus grande flottabilité quand l'animal est harponné. Ils poursuivent le troupeau en cherchant l'affrontement, jusqu'à ce qu'un des grands mâles engage le combat singulier. Le chasseur qui harponne l'animal doit le faire au moment ou le mâle se retourne pour charger avec la gueule grande ouverte. Alors, le harpon peut pénétrer sous la gorge, et atteindre directement le coeur en passant par l'ouverture scapulaire. Les autres chasseurs utilisent des harpons gonfleurs pour faire flotter le cadavre en remplissant d'air ses poumons.