Page de garde Solis, un monde à part...



Le désert des Dômes.
A l'est du continent Bêta, on trouve le désert des Dômes. Cette région est un des déserts les plus secs connus dans tout l'univers habité. On l'appelle ainsi en raison de la présence d'une multitude de dômes de sable, parfaitement hémisphériques à l'oeil, et mesurant de 5 à 20 mètres T de haut. Il existe des dômes dont la taille est inférieure à 5 mètres, mais ils sont très rares.

Une étrange attirance.
La région des dômes s'étend sur un espace de presque mille kilomètres de diamètre. Cette zone est exempte du moindre souffle d'air et sans la moindre trace d'humidité. Inhospitalière et sans intérêt visible, elle exerce cependant sur les marcheurs une étrange attraction (voir Sarita Ramillo et Singh Samangarananapoulé). Le relais Lecler qui se situe juste à proximité enregistre beaucoup de départ vers les dômes, mais peu de retours.
Le désert des Dômes est considéré comme une zone dangereuse.

Un mystère de plus...
Jusqu'à une époque récente, on ignorait l'origine de ces formations géométriques. C'est un biologiste, Norman Destado, qui suggéra en 1034 l'existence d'une forme de vie au centre des dômes. Il le fit après sa rencontre fortuite avec Singh Samangarananapoulé, un des rares marcheurs pouvant parler de cette région particulière en toute connaissance de cause.
Les tas de sable sec ne peuvent pas prendre cette forme, dont la pente est presque verticale dans la partie basse. Il faut une force de cohésion importante pour assurer cette forme, et, en l'absence de singularités géologiques ou artificielles, en l'absence d'eau ou de vent, il ne peut s'agir que d'une force d'origine biologique.
Pour vérifier sa théorie, Destado promit une récompense d'un demi-million de tunes au marcheur qui apporterait la preuve tangible de l'existence de cette forme de vie. Le décès de Destado en 1035 ne changea rien car la fondation Destado renouvela l'offre.
Frank Guerault, en 1045, s'est rendu sur Solis dans le but de résoudre le mystère.
En 1047, il a trouvé une forme de vie ressemblant à une méduse au coeur d'un petit dôme de deux mètres.
L'organisme était composé d'une enveloppe siliceuse sphérique et souple, d'environ un centimètre T de diamètre, munie d'un filament vertical de plusieurs mètres qui s'enfonçait dans le sol. D'autres filaments, en très grand nombre et d'une finesse microscopique, rayonnaient vers la surface du dôme.