Page de garde Solis, un monde à part...


L'atterrissage de Sahad Klutter.
Sahad Klutter a réussi un atterrissage parfait, dans des conditions très difficiles.
Le 14 octobre T 955, arrivant d'une traversée de 4 mois, il détecte le champ d'énergie entourant la planète. Son expérience de pilote militaire* et le matériel spécial dont il a toujours équipé ses vaisseaux lui servent à ce moment.
En quelques télémesures, il caractérise la position du champ et reconnaît son caractère dangereux. Il envoie plusieurs sondes qui lui fournissent des informations précises sur son étendue et son intensité. Il suppose la présence des cornets polaires et se place en orbite autour de la planète.
Il vise alors avec deux sondes (trajectoires 1 et 2) le centre supposé du cornet nord (d'après la polarité qu'il a lui même établie arbitrairement), car il se méfie de la zone de l'antipode, qu'il trouve trop évidente (cuvette de 1100 km de diamètre).
Les données confirment ses hypothèses et il ralentit pour descendre au coeur du champ, empruntant une trajectoire hélicoïdale. Pour économiser le carburant, il éjecte une partie de son matériel de mineur, transformant la masse en freinage balistique. La manoeuvre, audacieuse sans être désespérée, réussit très bien.
Il parvient dans les zones denses de l'atmosphère bien avant d'entamer la quantité de carburant nécessaire pour une remontée similaire en propulsion.
Une série de freinages aérodynamiques lui permet de contrôler sa trajectoire par rapport aux lignes de champ. Il peut effectuer un atterrissage sans encombre.
Il se trouve au centre d'une prairie délimitée par un anneau de roche bleue : le futur Boulevard des Navettes.


Il faut se souvenir d'un épisode des Guerres du Nickel : la prise des relais de saut réguliens. Klutter était l'un des pilotes qui forcèrent le champ de particules alpha que les Réguliens installaient autour de ces points stratégiques.